Tribunal de 1ère Instance d’Abomey-Calavi: Le Parquet aux trousses des promoteurs de cabinets de santé illégaux

Sur trois-cent quatre-vingt-onze (391) formations sanitaires privées dénombrées dans les communes d'Abomey-Calavi et de So-Ava, cent-quatre-vingt (180) seulement sont autorisées...

Le procureur de la république près le tribunal d’Abomey Calavi, Seidou Boni KPEGOUNOU était face à la presse pour faire le point de la lutte contre les centres de santé privés dans les communes d’Abomey Calavi et So-Ava, relavant du ressort du tribunal de première instance deuxième classe d’Abomey Calavi..

On retient de l'exposé du magistrat que depuis quelques semaines,un dénombrement systématique des cabinets de soins privés a eu lieu dans les neufs arrondissements de la commune d’Abomey Calavi et les  7 autres arrondissements de la commune de So Ava.

Les opérations de recensement ont été conduites par les chefs d’unité de la police républicaine et les agents de la direction départementale Atlantique du ministère de la santé.

Des explications du Procureur de la république près le tribunal d’Abomey Calavi, la collecte et l’analyse croisée des données, ont permis de dénombrer avec précision l'existence de trois-cent quatre-vingt-onze (391) formations sanitaires privées  dans  les deux communes .

Parmis elles, cent-quatre-vingt (180) seulement sont autorisées.

 Quatre-vingt-dix-huit (98) opèrent dans l’illégalité absolue sans aucune autorisation selon les propos du procureur.

Soixante-cinq (65) disposent seulement de l’autorisation d’ouverture. Quarante-trois (43) autres n’ont que l’autorisation d’exercice en clientèle privée et cinq (5) ont leurs procédures en cours précise t-il.

 Plusieurs enquêtes sont ouvertes et deux promoteurs de centre de santé  sont sous mandat de dépôt . Par contre une autre en fuite est activement recherchée

Le parquet du tribunal de première instance d’Abomey Calavi depuis le lundi dernier est engagé, dans la phase répressive,assortie d’ouverture d’enquête et la poursuite de ceux qui exercent en marge de la législation. Dans ce sens , deux procédures sont ouvertes et deux personnes sont  poursuivies et placées sous mandat de dépôt pour exercice illégale de la médecine indique le PR. 

Le parquet a par ailleurs ouvert une enquête contre la promotrice d’une clinique non autorisée à Adjagbo, dans l’arrondissement de Ouedo. Cette dernière actuellement en cavale suite au décès d’une  femme en situation d'accouchement  dans son centre , les recherches sont en cours pour son interpellation a conclu la Procureur lors de ce point de presse. 

Prudent N.