Sonapra: Le liquidateur désigné Armand FANDOHAN prend service ce lundi 13 février

"Avant de dire ce qu'on attend du liquidateur, attendons demain pour voir le contenu de son cahier de charges et sa feuille de route", Sg Ultra-Sonapra Kamar Ouassangari

Le processus de  liquidation de la Société Nationale de Promotion Agricole (SONAPRA) entre dans sa phase active. Le liquidateur désigné de cette société Armand FANDOHAN du cabinet MAZARD prend service ce lundi 13 Février. L'actuel Directeur général de la SONAPRA Jacob Ishola passe donc le témoin à Armand FANDOHAN qui doit enclencher le processus de liquidation de la société. 

Le gouvernement béninois dans le cadre de la rationalisation du cadre institutionnel du Ministère de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche (MAEP) motivée par les réformes dans le secteur agricole, a décidé le 30 novembre 2016 de la liquidation d'un certain nombre de sociétés que sont: La Société Nationale de Promotion Agricole (SONAPRA), la Centrale d’Achat des Intrants Agricoles (CAIA-SA), l’Office National d’Appui à la Sécurité Alimentaire (ONASA), l’Office National de Stabilisation et de Soutien des Prix des revenus agricoles (ONS). 

Le 11 janvier dernier, les liquidateurs de ces différentes sociétés ont été désignés. Pour le compte de la SONAPRA, c'est Armand FANDOHAN du cabinet MAZARD qui a été choisi. En prélude à sa prise de service ce lundi 13 février, Armand FANDOHAN s'était déjà présenté le mardi 7 février aux différentes responsables de la SONAPRA.

 Les travailleurs attendent avec impatience sa feuille de route. Sur les attentes, voici la réaction du secrétaire général de l'Ultra-Sonapra Kamar Ouassangari sur le "Forum de Bénin Médias"

Avant de dire ce qu'on attend du liquidateur, attendons demain pour voir le contenu de son cahier de charges et sa feuille de route. Attendons de voir ce que le Gouvernement nous propose car sûrement les 500000 emplois du Bénin Révélé sont des emplois nouveaux. Pas licencier 500000 pour créer 500000. Le programme d'actions du Président a parlé des emplois. C'est d'ailleurs pourquoi les ministres doivent s'approprier ce programme pour ne pas mettre le Président Talon en porte-à-faux avec les travailleurs", Kamar Ouassangari

Brieux Noureni