Réalisation de grands projets du PAG: La construction et la réhabilitation des stades omnisports actés

Après la phase des appels d'offres ouverte le 22 Novembre dernier, l'étape de lancement des travaux avec les remises de sites aux entreprises adjudicataires...

 Les grands travaux sous la rupture prennent corps lentement mais sûrement. Annoncé depuis quelques mois pour être entré en exécution, le démarrage des travaux de construction et de réhabilitation de 21 stades omnisports est désormais dans sa phase active. Après la phase des appels d'offres ouverte  le 22 Novembre dernier,  l'étape de lancement des travaux avec les remises de sites aux entreprises adjudicataires a débuté ce lundi 2 juillet 2018 et se poursuit ce Mardi du côté de Ouidah et Savalou.

Répartis en quatre lots, ces 21 stades bénéficieront chacun de :

– Reprise partielle, réhabilitation ou construction de la clôture.

– Aménagement d’une aire de football en gazon synthétique

– Construction de deux ( 02 ) tribunes de 1500 places,

– Fourniture et piste de grille anti – hooligan

– Une piste d’athlétisme de 08 couloirs

– Construction d’aire de handball en revêtement soif sportif

– Construction d’aire de jeu pour basket-ball

– Centre de logement des encadreurs et agents d’entretien

– Construction d’un château d’eau avec forage d’une capacité de 27 mètres au cube et sur une hauteur de 9m.

– Eclairage du stade .

– Aménagement parking et espaces verts .

Pour rappel , les 21 stades qui doivent accueillir ces différentes installations sont ainsi allotis:

– Lot 1 : Banikoara, Bembèrèkè, kouandé, Malanville, Nikki et Tanguiéta.

– Lot 2 : Abomey, Covè, Ouèssè, Savalou et Toffo.

– Lot 3 : Aplahoué, comé, Djakotomey, Dogbo et Grand – popo .

– Lot 4 : Adjohoun, Avrankou, Kétou, Ouidah et Pobè .

La mise en oeuvre du Programme d'Actions du Gouvernement se poursuit non sans coup férir, mais avec beaucoup de détermination et l'assurance certaine que la fondation est d'une meilleure qualité.Le temps, le meilleur allié, donnera sans doute raison au chantre de la rupture malgré les difficultés inhérentes à la gestion d'un pays sans grandes ressources comme le Bénin.

Roméo AKLOZO