Fusion de la RB dans le bloc progressiste: Rosine Soglo dit "non"

Selon la présidente Fondatrice de la Renaissance du Bénin, le congrès extraordinaire du samedi 27 Octobre 2018 organisé par les frondeurs, est nul et de nul effet... (Communiqué)

La fronde au sein de la Renaissance du Bénin (RB) revient au devant de l'actualité. Rosine Soglo, présidente fondatrice de la RB rejette toute idée de fusion de son parti dans un bloc soutenant le pouvoir Talon. Dans un communiqué rendu public ce jour, Rosine Soglo s'en est prise au camp Zinzindohoué qui à travers un congrès extraordinaire tenu le 27 octobre dernier, ont décidé de la fusion de la RB dans le Bloc Progressiste (Bloc de la mouvance à créer dans la perspective des prochaines législatives). Pour la présidente fondatrice de la RB, ledit congrès organisé par des anciens camarades qui selon elle, sont "sans titre et sans droit", frise de la provocation. 

"Le prétendu Congrès extraordinaire du Samedi 27 Octobre 2018, visant à vendre les attributs  de la « Renaissance du Bénin », est nul et de nul effet", a déclaré la présidente fondatrice de la RB qui est revenue sur l'histoire du parti. Selon l'honorable Rosine Soglo, la "vraie Renaissance du Bénin" est celle présidée par son fils Lehady Soglo. Pour restaurer  l’honneur et la probité du Parti, Rosine Soglo compte engager des poursuites judiciaires contre ceux qu'elle appelle des "usurpateurs".

 "Le parti n’acceptera pas l’ OPA opéré par les frondeurs et se réserve le droit d’engager et une fois encore (il n’est pas superflu de rappeler que le procès contre les frondeurs est toujours d’actualité et que le verdict est attendu au niveau du Tribunal de Cotonou), contre les usurpateurs, des poursuites judiciaires en vue de faire restaurer l’honneur et la probité du Parti, qui continue de bénéficier du soutien indéfectible de son Président d’Honneur, des responsables de ses structures à la base et surtout de ses militantes et militants", a-t-elle précisé. Dans son communiqué, la présidente fondatrice de la RB n'a pas manqué d'aborder les derniers développement de l'actualité nationale, notamment, l'acharnement  contre les opposants, la création de la Criet et la condamnation de l'homme d'affaires Sébastien Ajavon.

"Je prends l’opinion publique nationale et internationale à témoin, en réaffirmant, mon hostilité à ces manœuvres du pouvoir dit de la rupture à détruire tous les partis politiques, afin d’asseoir sa nouvelle légitimité totalitariste fondée sur la ruse et la rage", a-t-elle conclu

N.R

COMMUNIQUE DE LA PRESIDENTE D'HONNEUR DE LA RENAISSANCE DU BENIN: ROSINE VIEYRA SOGLO

Il m’a été donnée de constater, à travers les médias et les réseaux sociaux, des annonces faisant état de la tenue d’un soit disant congrès extraordinaire de la « Renaissance du Bénin » tenu le samedi 27 Octobre 2018, avec pour principal thème  *La fusion de la RB avec les formations politiques regroupées au sein du bloc progressiste pour constituer un grand parti d’envergure nationale*, par des prétendus dirigeants sans titre, ni droit, à la remorque du pouvoir dit de la rupture.

Cet acte posé par ces anciens camarades frise la provocation et appelle de ma part les observations ci-après :

1- La naissance de la Renaissance du Bénin remonte au contrat de la Renaissance avec le peuple béninois, entre hier et demain sous le quinquennat de Monsieur Nicéphore D. SOGLO, alors Président de la République ; elle est symbolisée par le Bénin en chantier sur lequel se lève le soleil de la Renaissance de notre pays, la Renaissance de l’Afrique au sud du Sahara.

2- La RB est le plus grand parti nationaliste du Bénin depuis la balkanisation de l’Afrique.

Les résultats spectaculaires en moins de cinq (05) ans dans les domaines économiques, financiers et culturels ont valu à son leader charismatique, le Président Nicéphore SOGLO, les surnoms de  *Maçon* pour les uns et d’« Hercule » pour les autres.

3- Le logo du Parti, montre le Bénin en chantier et la progression du taux de croissance négatif : de -2,9% à 4,7% en 1991, 5% en 1993 et 6,7% en 1995, malgré la dévaluation du FCFA et à un moment où la filière des recettes fiscales, relativement facile de l’escorte des véhicules d’occasion et les GSM n’était pas encore connue.

4- Le Président Nicéphore SOGLO attaché à son peuple et soutenu par le Parti la « RB » a réalisé entre autres :

- Le rétablissement de la régularité du salaire et des pensions après des mois sinon, des années impayés ;

- La réforme de la fiscalité avec la réduction massive du nombre et des taux d’impôts, avec l’introduction de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) et l’impôt mensuel sur les salaires ;

- La suppression de la Taxe Civique communément appelée « ZINSOU Takouè », les vignettes sur les véhicules, etc ;

- La réduction de 50% des droits de place dans les marchés de la SOGEMA : Dantokpa, Gbogbanou et Ganhi ;

- L’instauration de la Fête des Paysans pour célébrer les meilleurs producteurs, ce qui a entraîné l’expansion significative de la production du Coton qui a hissé en son temps, notre pays à la 3ème place en Afrique après l’Egypte et le Mali, avec une forte reprise des activités dans les autres secteurs de l’économie.

- Les retrouvailles « Amérique-Afrique », dans le domaine culturel à travers « Ouidah 92 » et le lancement du Projet International de la « Route de l’Esclave» ;

- Etc.

Ce bilan non exhaustif du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) du Président SOGLO intitulé *Construire le Bénin du Renouveau Démocratique* contraste totalement avec le PAG du Président Talon, bruyamment agité et encore sous forme de maquette depuis bientôt trois (03) ans. Car faut-il le rappeler : selon lui *Ce qui assure la réélection d’un Président en exercice ce n’est pas son bilan, ce n’est pas son résultat, c’est sa capacité à tenir tous les grands électeurs à sa solde. Si tous les Députés, tous les Maires, etc, sont à sa solde. Il a beau être mauvais il sera réélu*

. Nous sommes alors à la phase pratique de cette idéologie.

Les populations sont aujourd’hui traquées sur toute l’étendue du territoire national par des déguerpissements inhumains et sans contrepartie. Au lieu de lutter contre la pauvreté, le régime de la rupture a choisi de lutter contre les pauvres pour maintenir les riches de son clan, les thuriféraires dans les avantages surdimensionnés et sur vitaminés. La forte pression fiscale est réservée pour le peuple alors que les exonérations ou les allègements fiscaux sont accordés au clan du pouvoir en place.

Dans sa propension à réprimer toutes les voix dissonantes, le pouvoir en place a déclenché une lutte contre les opposants. C’est le cas du Président légitime de la « RB » et Maire de Cotonou, M. Léhady SOGLO, suspendu puis révoqué illégalement et contraint à l’exil ; certains Maires qui ne sont pas de la rupture ont été simplement révoqués de leur fonction ; le Président d’Honneur de l’USL, M. Sébastien G. AJAVON, condamné par une cour d’exception  la « CRIET », est contraint à l’exil ; des députés (Valentin DJENONTIN et autres) et des leaders politiques (M. Komi KOUTCHE, Léonce HOUNGBADJI et autres) sont poussés à l’exil ; le syndicaliste du Ministère des Finances, M. Laurent METOGNON et ses co-accusés, M. Sabi Sira KOROGONE et bien d’autres, croupissent en prison, après une condamnation expéditive.

Face donc à un pouvoir qui viole constamment la Constitution de notre pays et qui ne raisonne que par des lois scélérates taillées sur mesure et votées par des députés vassalisés par le pourvoir dit de la rupture, la *Renaissance du Bénin* , la seule, l’unique, la vraie et l’authentique, ne saurait accompagner un tel régime, dépourvu de tout humanisme et qui transige avec les nobles idéaux prônés par elle, pendant que les frondeurs en mission se retrouvent parfaitement dans les objectifs fixés par leur maître.

Le prétendu Congrès extraordinaire du Samedi 27 Octobre 2018, visant à vendre les attributs  de la « Renaissance du Bénin », est nul et de nul effet. Le parti n’acceptera pas l’ *OPA* opéré par les frondeurs et se réserve le droit d’engager et une fois encore (il n’est pas superflu de rappeler que le procès contre les frondeurs est toujours d’actualité et que le verdict est attendu au niveau du Tribunal de Cotonou), contre les usurpateurs, des poursuites judiciaires en vue de faire restaurer l’honneur et la probité du Parti, qui continue de bénéficier du soutien indéfectible de son Président d’Honneur, des responsables de ses structures à la base et surtout de ses militantes et militants. Il n’appartient donc pas à des traîtres qui ont été nourris par nos efforts collectifs de faire des transactions obscures avec notre héritage commun.

Je prends l’opinion publique nationale et internationale à témoin, en réaffirmant, mon hostilité à ces manœuvres du pouvoir dit de la rupture à détruire tous les partis politiques, afin d’asseoir sa nouvelle légitimité totalitariste fondée sur la ruse et la rage.

Enfants du Bénin debout.

Vive la « Renaissance du Bénin », la seule, l’unique, la vraie et l’authentique ;

Vive le Bénin.

Je vous remercie.

La Présidente Fondatrice

 Rosine VIEYRA SOGLO