Bouillons, arômes et cubes alimentaires: Ces produits culinaires qui nous tuent à petit à feu

Sans protection sérieuse, le consommateur béninois est laissé à la merci de n’importe quel produit nouveau qui arrive sur le marché...

Les marchés béninois sont inondés par  ces additifs alimentaires présentés sous forme de cubes. Ils sont devenus par la force des choses, le condiment le plus prisé par les ménagères aussi bien dans les campagnes que dans les villes. Les marques foisonnent. Elles sont déclinées très souvent, selon un goût particulier qu’on leur attribue à grands coups d’opérations marketing : poulet, oignon, poisson, crevette, etc.…

Sans protection sérieuse, le consommateur béninois est laissé à la merci de n’importe quel produit nouveau qui arrive sur le marché. Les fabricants et les distributeurs, usant et abusant du marketing, parviennent à faire gober tout argument de vente, même des plus fallacieux parfois. Incapables de se faire une opinion exacte sur la composition de ces divers cubes, nos compatriotes, qui en raffolent désormais, ne savent rien des conséquences de ces produits sur leur santé. Mais des voix s’élèvent de plus en plus pour fustiger nos habitudes alimentaires qui laissent une place prépondérante à la consommation de produits dangereux pour la santé. Et le sens commun de soutenir qu’avant l’avènement de la consommation exagérée d’additifs alimentaires dont ces bouillons de cuisine, la santé de la population s’en trouvait nettement meilleure.

Les bouillons, arômes et cubes alimentaires qui pullulent le marché béninois, constituent donc un danger permanent, pour nous consommateurs. D’origines douteuses, ces produits culinaires sont la cause de multiples maladies au Bénin, entre autres, on peut citer le diabète, le cancer, l’insuffisance rénales, l’hypertension artérielle ou encore la cirrhose. Il est important d’attirer l’attention du consommateur sur le danger de ces produits. L’idéal pour parer à ces maladies aux soins très couteux, c’est de s’abstenir autant que faire ce peut de consommer ces produits dont certains proviennent de la sous-région, sans aucun contrôle, conformément aux directives de la Cedeao en rapport à la libre circulation des produits alimentaires communautaires. D’autres pathologies sont identifiées comme étant la conséquence directe de la consommation de bouillons et cubes alimentaires fabriqués à partir d’ingrédients très suspects. Ces bouillons qui portent divers noms, sont rendus célèbres à travers les spots publicitaires sur les chaines de télévisions.

Mais comme partout dans les ménages, il est de coutume d'utiliser les bouillons de cube qui aromatisent tout type de plat : du riz, des pâtes ou encore des préparations à base de crevettes. En gros, nul besoin d’être un chef hors pair en cuisine pour préparer des plats aux arômes savoureux, non, il suffit d’acheter au supermarché ces cubes, et le tour est joué ! Mais le problème c'est que selon une étude menée en 2014, le Cube serait nocif pour la santé. Une forte consommation serait néfaste pour nous et entraînerait : Une faiblesse sexuelle chez l’homme, des saignements vaginaux, des troubles uro-génitaux, des troubles cardiaques, l’hypo ou hypertension, la gastrite, des troubles du comportement chez l’enfant, le gonflement de la prostate, les maladies de Parkinson, d’Alzheimer… Ce sont là les risques liés à la consommation des arômes et autres exhausteurs de goût.

Gilbert MAKOU