Bénin: Un prêtre condamné aux rituels cultuels pour adultère dans la ville de Bantè

Dans la plainte déposée à la mairie de Bantè suite à cet acte d’adultère commis par le religieux, la collectivité concernée réclamerait l’organisation d’une cérémonie traditionnelle de purification de la maison du mari cocufié.

Bantè, 26 Oct. 2018 (ABP) - Une plainte écrite, signée du chef de collectivité, C.K.A, dans la commune de Bantè, a été déposée jeudi à la mairie, contre le curé de la paroisse catholique de la localité, B. K., accusé d’avoir commis un acte d’adultère avec une femme mariée, a appris l’ABP de sources proches des collectivités locales.

Le mari de la dame surprise avec le prêtre B.K, aurait raconté, que son épouse est entrée avec le prêtre dans le presbytère mardi à 21 h, pour n’en ressortir qu’à 23 h 03, sous les embrassades du religieux.

« C’est ainsi que je suis sorti de ma cachette avec ceux qui m’ont accompagné, pour demander à mon épouse de retourner dans la chambre du prêtre, quand cette dernière a pris la fuite », aurait expliqué le mari de l’épouse infidèle, A.A, la quarantaine, maçon de son état.

Sur ces injonctions, le curé se serait mis à genou, pour demander clémence et pardon, à la foule attroupée, a ajouté le mari.

Il a soutenu que le prêtre n’aurait pas été battu, mais serait resté à genou jusqu'à l’arrivée des agents de la police républicaine, sous le flash des appareils photo qui auraient capturé ses images qui feraient le tour de la planète.

Dans la plainte déposée à la mairie de Bantè suite à cet acte d’adultère commis par le religieux, la collectivité concernée réclamerait l’organisation d’une cérémonie traditionnelle de purification de la maison du mari cocufié.

Entre autres objets réclamés au prête pour des rituels dans les arcanes des divinités, Ogou, Boukounigbo, Okè Orè, Tohossou, Bonii, Tchakponnon et Edjo Adjiba, a-t-on appris, des chèvres, des cabris, de l’huile rouge, des liqueurs, et une somme de 600 mille F CFA, dont 300 mille F CFA pour les frais de cérémonies diverses, et la somme restante de 300 mille F CFA à verser à titre de dommage, selon la tradition, a indiqué le chef de la collectivité, dépositaire des rituels et cérémonies traditionnelles.

Le mari de la dame accusé d’adultère, chrétien catholique, aurait dit, avoir réussi à mettre la main sur le prêtre et sa femme, grâce aux fidèles paroissiens, qui l’informaient depuis plusieurs semaines, de la situation, et soupçonneraient une certaine intimité entre le curé B.k et son épouse avec qui il a eu trois enfants.

Dans cette affaire qui agite depuis plus de 72 heures la commune de Bantè, un mouvement de jeunes a protesté jeudi, pour s’opposer au retour du prêtre mis en cause sur la paroisse.

Accusé d’être un habitué des faits, selon le mouvement de protestation, le curé, aurait trouvé refuge au diocèse de Dassa-Zoumè, a-t-on appris.

ABP/IA/CG