Bénin: Le gouvernement instaure une taxe de séjour dans les hôtels et établissements assimilés

Les chambres de passage sont les plus visées. Pour un séjour facturé par heure, la taxe prévue est 500 FCFA l'heure et par personne.

Les touristes et autres usagers des hôtels et établissements assimilés au Bénin doivent désormais débourser plus pour leur séjour. Le gouvernement béninois est à la recherche de financement pour son programme de développement du secteur du tourisme et il veut mettre à contribution ces hôtels et autres établissements assimilés exerçant dans le pays.

 En effet dans  le projet de loi de finances gestion 2019, notamment au chapitre 12, Art 293-9,  le gouvernement du président Patrice a instauré une taxe dénommée " Taxe de séjour dans les hôtels et établissements assimilés ". Cette taxe qui s'applique également aux locations de résidences meublées, servira selon le gouvernement à financer le développement du tourisme. Est assujetti au payement de la taxe de séjour selon le même article 293-9 du projet de loi de finances gestion 2019, tout client ayant séjourné dans un hôtel ou établissement assimilé ou dans une résidence meublée, quelque soit la durée du séjour. Le montant de la taxe à appliquer au client est déterminé en fonction du prix de séjour pratiqué.   Ainsi, selon l'article 293-11 de ladite loi des finances, pour un tarif inférieur ou égal à 100.000 FCFA, c'est une taxe de 1000 FCFA qui  est appliquée par nuit ou par jour et par personne.  Pour un tarif de séjour supérieur à 100.000, la taxe de  1500 est appliquée par nuit ou par jour et par personne. Pour un séjour facturé par heure, la taxe prévue est de 500 FCFA l'heure et par personne.

Visiblement, avec le dernier cas de taxation, on peut déduire que les chambres de passage, très fréquentées par les couples occasionnels à la recherche du plaisir d'un instant, sont plus dans le viseur du gouvernement. Elles sont installées dans presque toutes les rues du pays et le gouvernement veut plus compter sur elles pour la mobilisation des recettes.

 En plus de la tarification normale appliquée, un couple doit prévoir désormais une taxe de 1000 FCFA pour un temps de plaisir d'une heure. Autre implication que pourrait engendrer cette décision de taxation des séjours dans les hôtels et établissements assimilés, la flambée des prix au niveau des travailleuses de sexes. Une manne financière en perspective don pour le gouvernement ! Reste à savoir si ces hôtels et autres établissements assimilés vont connaitre la même affluence si cette décision de taxation de séjour arrivait à être appliquée. Déjà pour  certains observateurs, ce serait un coup dur pour les promoteurs d'hôtels qui vont voir leurs recettes chuter dans un contexte de morosité économie. Selon eux, ces nouvelles taxes à appliquer, contrastent avec la volonté du gouvernement de compter sur le secteur du tourisme pour booster l'économie nationale. 

B.N