24 juin 2013-24 juin 2018: Il y a 5 ans le roi quittait ce monde

Alokpon, roi du tchingounmè a laissé un riche héritage pour la postérité. Vive l'artiste!

 24 juin 2013-24 juin 2018. Cela fait  5 ans jour pour jour que quittait ce monde, le roi du tchingounmè, Houndéffo Anatole, alias Alokpon.

Le plus célèbre de tous les temps des artistes Mahi de la musique Tchingounmè succombait le lundi 24 juin 2013 des suites d’un malaise au Centre Universitaire Hubert Koutoucou Maga (CNHU-HKM) laissant derrière lui 25 orphelins et 3 veuves.

 Il a été conduit le samedi 31 août 2013 dans sa dernière demeure à Savalou (son domicile privé) après un vibrant au hommage de la nation au Palais des Sport de Kouhounou à Cotonou.

 Né vers 1940, le roi Alokpon fut celui-là même qui à partir de l’âge de 20 ans, a travaillé pour la révolution de la musique « Tchingounmè ». Il a été pendant plusieurs décennies le porte étendard des valeurs traditionnelles du peuple Mahi dans tout le Bénin et au-delà. Entre le chant et le champ, le roi Alokpon qui a à son compteur, une vingtaine d’albums, dont 7 sur support disque 45 tours, a toujours porté en lui deux amours, la musique et la terre. Ce qui lui a valu plusieurs trophées et surtout deux distinctions nationales. Il a été fait chevalier de l’ordre national du mérite agricole et chevalier de l’ordre du mérite social du Bénin. Un patriote accompli. 

Cinq après sa mort, l'artiste semble être oublié. Aucune place (mémoire) ne lui a été faite de façon officielle  à l'occasion de la Fête Internationale de la Musique que le pays a célébrée. Mais ce qu'il faut retenir est que ses tubes qui parlent de l'amour, de l'homme et des faits de société restent un riche héritage pour la postérité. Un héritage valablement assuré par une jeune génération talentueuse conduite l'autre roi: Gbèzé Zèguezougou.

Vive l'artiste!

Noureni Brieux Rildwane

Documentaire sur Alokpon